Montclar : Histoire et traditions d'un village de montagne

 

Montclar : Histoire d’un village de montagne
Les premiers témoignages de présence humaine remontent à la préhistoire. Situé sur un col, Montclar est depuis toujours un lieu de passage.

Au 13ème siècle, le village était fortifié autour du château de Montclar, siège d’une baronnie. Ensuite au gré des mouvements et des batailles de l’histoire, de nouveaux villages ont laissés place aux anciens. A chaque fois une petite église ou chapelle y est construite… tant est si bien que le village actuel avec ses nombreux lieudits compte sept édifices religieux. Vous pourrez d’ailleurs les découvrir lors d’une balade.
L’histoire au 20ème siècle marque un tournant vers la modernité. Afin d’endiguer l’exode rural et de répondre aux problématiques économiques, la station de ski Saint Jean Montclar voit le jour, avec la volonté de ses habitants, agriculteurs pour la plupart, et sous l’impulsion de Henri Savornin, ancien conseiller général et actuel maire de la commune et ce depuis 1959 !

Montclar est aussi une eau de source de montagne labellisée eau minérale ; un luxe : vous la trouverez à tous les robinets !

Une tradition ancestrale : le pastoralisme
Tout ce qui fait la qualité et la particularité de l’agriculture de montagne, c’est la relation qui lie l’homme, à ses troupeaux et à son environnement. C’est ce que l’on nomme le pastoralisme. Au gré des saisons, les hommes déplacent les troupeaux de ruminants afin que la végétation ait le temps de repousser. L’hiver les bêtes pâturent dans les champs les plus bas, dès le mois de juin, elles sont conduites en moyenne montagne (de 1000 à 1500 mètres d’altitude) pour ensuite aller en estives durant l’été (au –delà de 1500 mètres). Les grandes migrations vers les hauts alpages et la redescente en octobre vers les terres basses, sont appelées transhumances. Lors de vos randonnées vous trouverez des abris ou cabanes de berger au confort plus que spartiate.
Cette pratique est aujourd’hui menacé car elle est extrêmement contraignante et n’est parfois plus viable économiquement. Sans parler de la recrudescence des attaques de loups sur les troupeaux en augmentation constante ces dernières années…
Pourtant, elle est essentielle à notre environnement : elle permet l’entretien des pâturages, et du même coup limite certains risques naturels, maintient la qualité des paysages et l’attrait touristique et permet aussi le maintien d’emplois dans des zones peu urbanisée.